Absentéisme, participation effective et devoirs à effectuer. L’ensemble des étudiants de l’­(UPF) ont actuellement recours à une plateforme complète de travail qu’ils utilisent sous la supervision de leurs professeurs et de l’équipe administrative. En effet, l’université a instauré, depuis la suspension des cours en présentiel, une formule 100% digitale qui satisfait la demande du ministère de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Cette formule permet d’assurer un enseignement à distance à l’ensemble des étudiants de l’université afin de garantir le rythme d’apprentissage de l’année scolaire en cours. «Dès l’annonce de ce communiqué, nous avons mis en place une cellule de veille chargée de la coordination et du suivi de notre Plan de continuité pédagogique (PCP)», nous explique Mohammed Ouazzani Jamil, doyen de l’UPF (photo). Et d’ajouter: «le PCP de l’UPF consiste en la programmation de cours à distance devant se dérouler en temps réel, pendant les horaires et selon la programmation habituelle». Le plan de travail mis en œuvre actuellement a été discuté avec les étudiants -à travers les représentants des classes- les enseignants chercheurs, l’administration et les techniciens de l’université.

Concernant les plateformes utilisées, l’UPF a élaboré une «short list» suivant les évolutions technologiques et l’amélioration technique des contenus numériques. Elle a ainsi recommandé aux étudiants l’utilisation de plateformes interactives qui communiquent et jouent le même rôle que le présentiel telles que Moodle, Teams, Classroom, etc. associée à des outils de communication instantanée disponibles sur smartphone. Pratiquement deux semaines après le lancement de ce processus d’enseignement à distance, les retours des enseignants chercheurs et des étudiants sont très positifs. En effet, les étudiants manifestent une plus grande motivation pour utiliser et s’approprier de manière remarquable les outils des plateformes d’enseignement à distance.

«L’enseignement à distance, loin des espaces institués de formation, s’avère plus à même de répondre à leurs attentes, ce qui devrait nous interpeller, acteurs de l’enseignement supérieur, pour revoir nos méthodes et approches et les adapter aux attentes des nouvelles générations d’étudiants», explique Ouazzani. Parallèlement à ces mesures, l’UPF a mis en place des programmes de formation accélérée en faveur des enseignants pour renforcer leurs connaissances techniques dans le but de booster la production de contenus et de supports numériques.

Alimentation de la plateforme E-enseignement
Concernant la mise en ligne des cours sur la plateforme d’E-enseignement, l’UPF a mis en place, au niveau de chaque établissement, une gestion régulée des plateformes interactives en vue d’assurer la fluidité des serveurs de l’université. Ainsi, des procédures ont été mises en place pour le maintien du lien pédagogique entre enseignants et étudiants. Les enseignants de l’UPF ont réussi à partager la totalité des cours et TD en formats Word, PDF et PowerPoint.

Ainsi, des capsules vidéo de cours de 30 minutes sont enregistrées chaque semaine. Les capsules concernent actuellement plus de 50% des cours.

En effet, l’enrichissement des plateformes par des cours en ligne se fait en temps réel, pendant les horaires des plannings habituels. Cela concerne toutes les filières de l’université et couvre 75% des cours depuis le lancement du PCP. Ce taux de couverture se verra nettement amélioré durant les prochains jours, surtout avec le report des vacances de printemps, initialement prévues la semaine prochaine. «Il faut noter que des contrôles continus sont organisés à travers les mêmes outils pour entretenir la motivation des étudiants d’une part et avoir une pré-évaluation de notre système d’enseignement à distance de l’autre», conclut le doyen de l’UPF.